Prsentation vido de cette section
Waldemar Kamer
Waldemar Kamer
Deutsch - English - Français - Italiano - Nederlands

Biographie

Waldemar est né le 6 janvier 1966 à Enschede (Pays-Bas) d’une mère allemande, harpiste dans l’orchestre de l’opéra, et d’un père néerlandais qui devient le correspondant à Bruxelles du journal allemand Der Spiegel. Ainsi Waldemar grandit à Bruxelles dans un milieu européen et parle couramment cinq langues.

Théâtre et Cinéma

Théâtre et Cinéma

Arrivé à Paris en 1984 pour faire des études d’Histoire de l’Art à la Sorbonne, W. K. se tourne progressivement vers le théâtre. Il écrit un mémoire de maîtrise sur le metteur en scène Peter Brook et suit les cours d’art dramatique de Danièle Ajoret et de Jean Périmony. Après avoir fait ses premiers pas comme comédien au théâtre et au cinéma, il fonde une compagnie de théâtre avec Max Denes. Avec lui et d’autres metteurs en scène, il monte de nombreux spectacles invités dans des festivals français et européens (TransEurope Festival de Berlin, Cantiere Internazionale d’Arte de Montepulciano, Paris Quartier d’Été et le Festival d’Avignon).

Mises en scènes d'Opéra

Mise en scène d'Operas

L’opéra prend progressivement la place du théâtre dans la vie de W. K. grâce à Ursel et Karl-Ernst Herrmann, dont il devient l’assistant à Bruxelles, Vienne et Salzbourg. Sa première mise en scène d’opéra, Orfeo ed Euridice de Gluck (aux Pays-Bas en 1996), est reprise à Bordeaux. Sa mise en scène de La Sonnambula de Bellini à Lausanne est invitée à Lisbonne, Bordeaux, Côme, Crémone, Pavie et Avignon. Son Aida de Verdi est considérée par la presse néerlandaise comme “L’Aida la plus convaincante du dernier quart de siècle”. Il monte Cendrillon de Massenet à l’Opéra de Chemnitz (et en écrit la traduction allemande). Puis Marianne d’Edouard Lacamp à Saint Etienne, un opéra inspiré par l’actualité politique (“l’affaire Elf”). La production est captée par la télévision et rediffusée régulièrement.

Journalisme

Journalisme

Depuis 1988 W. K. est chroniqueur artistique pour des radios allemandes, flamandes et françaises (Bayerischer Rundfunk, VRT et Radio France Internationale). Il devient le correspondant culturel à Paris de plusieurs quotidiens allemands (Berliner Morgenpost, Hamburger Abendblatt, Saarbrücker Zeitung) et de l’hebdomadaire Focus. Il écrit pour des magazines d’art, de théâtre et d’opéra dans quatre pays et publie depuis 1991 une “lettre de Paris” dans Tableau Fine Arts, le principal magazine d’art aux Pays-Bas. Il a également réalisé des films documentaires pour ARTE.

Lectures et conférences

Lectures et conférences

Waldemar Kamer est régulièrement invité à donner des lectures et à organiser des conférences sur l’art et ses possibilités de jeter des ponts entre les cultures. Les sujets tournent autour du théâtre, de l’opéra, des arts plastiques, de l’histoire de l’art et de la philosophie (“la poésie de la paix”, “Goethe et la France”, “la mystique rhénane”). Pour ces conférences, il collabore souvent avec des comédiens et des musiciens.

Livres

Livres

Depuis trente ans déjà Waldemar Kamer écrit une chronique familiale.
Récemment un éditeur lui a commandé un livre sur les gens qu’il a rencontrés à Paris en vingt ans : les voisins de sa première chambre de bonne, les étudiants, le monde du théâtre et de l’opéra – beaucoup de gens seuls à l’ombre de la grande ville. Et certains dans la lumière (mais non moins seuls) : Arletty, Marlene Dietrich et Rudolf Noureev.

Ecouter une interview

Où Waldemar Kamer explique son “Werdegang” (son cheminement).
(Version courte d’un entretien d’une heure de Françoise Dentinger sur Radio France Internationale le 6 octobre 2002, 24 min., en allemand)
Aucun extrait sélectionné.
Cliquez ici pour écouter l'interview

 


Sur les pages en langue étrangère, vous trouverez à cet endroit des liens vers des pages qui ne sont parfois pas affichées dans les pages en français.